Cthulhu LCG - Cerner le Flood

Dosexplora < Arkham Herald < Cthulhu LCG - Cerner le Flood
vous présente l'édition de septembre 2010 du Arkham Herald

Editorial

Voici venir la quatrième édition de la feuille de chou transdimensionnelle du Cénacle Chthonien, le journal qui ne vous informe pas des masses, mais vous fait bien réfléchir.
Aujourd’hui, nous vous présentons un super article de notre ami B_P joueur belge émérite qui a la gentillesse de nous faire partager son expérience en analysant pour vous les attitudes à privilégier face à un type de jeu très répandu, le jeu FLOOD. Pour rappel, il s’agit du jeu qui consiste à essayer de submerger son adversaire sous le nombre de ses personnages en jeu, la plupart du temps disposant d’un coût ridicule. Cet article date du mois de juillet, mais j’ai mis un temps fou à vous le retranscrire, aussi n’hésitez pas à réagir sur le forum pour proposer votre point de vue ou vos réflexions. Encore mille excuses à B_P pour ce retard.
Plongez dans les tréfonds de la stratégie et n’oubliez pas : Il y a un chien de Tindalos qui doit sûrement lire cet article par dessus votre épaule !

Quand l’Excès nuit en Tout

"J’attaque avec mes 22 personnages. Tu fais quelque chose ?"

Dernière entrée du journal intime de Tommy,
découvrant le jeu Flood avant sa pendaison.

Cerner le Flood et l’éliminer par B_P

Organisateur de Tournoi à Liège (Belgique)
Champion d'Europe 2012

Qui ne s’est jamais senti seul, sur une table trop petite pour contenir les innombrables personnages de l’adversaire, tandis qu’il regardait son deck contrôle se faire déchiqueter par d’incessantes attaques bêtes et méchantes ? Qui ne s’est jamais demandé s’il avait finalement bien fait de croire son pote quand celui-ci lui assurait que Cthulhu LCG était un jeu subtil ?

Nous avons tous vécu une situation similaire et nous avons tous cherché des réponses dans le marc de café ou dans la prière devant une statue poulpique ancienne. Que faire contre le jeu flood ? Cet article, à travers le regard partial et subjectif de son auteur, se veut un éclaircissement sur ce mécanisme de jeu et sur les réponses possibles de l’adversaire.

Personne n’a prévenu ce petit gars que pour faire du Flood, il faut être plusieurs ??Historiquement, le flood doit être la deuxième tactique militaire jamais inventée juste après la fameuse « masse être plus grosse, masse faire plus mal » et peut être résumée en cette pensée : "Nous plus nombreux, eux finir par fatiguer avec grosses masses".

Recadré dans un environnement Cthululien, nous pouvons donc dire que le flood est une tactique consistant à poser (de sa main/de son cimetière, de son deck) un nombre important de personnages sur table pour lancer d’innombrables attaques que l’adversaire, malgré toute la meilleure volonté du monde, ne pourra juguler. Cette technique utilisée dans d'innombrables jeux fonctionne à merveille à Cthulhu LCG car, à part le système de meule (technique visant à épuiser le deck de l’adversaire jusqu’à ce qu’il ne puisse plus piocher de carte et déclare forfait), la seule option possible pour le joueur est généralement d’aller sur des histoires avec des personnages afin de poser des marqueurs de succès (ou success tokens pour les anglophiles) en phase histoire. Poser des personnages étant une étape obligée, autant en faire une force.

Cernons d'abord les exceptions qui confirment la règle. En LCG, Dabbler in the Unknown (Occultiste dilettante) et Atlach-Nacha (pas de VF) sont les seules cartes qui permettent de poser des marqueurs de succès sans devoir attaquer les histoires. Malheureusement, en aucun cas elles ne permettent dans l’environnement actuel de clôturer une partie en ne se basant que sur ce mécanisme. Nous voilà voués à prendre des histoires de force classiquement ou à périr en essayant. Les bases étant installées, nous pouvons commencer à disséquer notre objet d’étude. Poser des personnages est intéressant, encore faut-il gagner. Je vais maintenant vous détailler, cher lecteur trois techniques utilisant le flood de manière différente.

1) Vite, tout de suite

Ce monsieur n’a pas tout compris quand B_P lui a parlé de submerger l’adversaire… pas de le noyer!!Une première manière d’utiliser efficacement le flood est de l’associer au jeu rush (jeu rapide et agressif qui a pour but de gagner les histoires avant que l’adversaire n’ait eu le temps d’installer son propre jeu). Et pour cause, la structure même du jeu Cthulhu LCG favorise cette union. Chaque joueur débute avec trois domaines. Au premier tour, le joueur qui débute peut donc, au maximum, jouer 3 actions pour un coût de 2, 1 et 1, sans compter les actions qui n’ont pas de coût en termes d’utilisation de domaine (incliner la carte, coût de 0, etc.).

Le joueur qui entame la partie peut donc sortir de sa main 3 personnages de coût de 2 ou 1 et, sans réaction de l’adversaire, pourra le tour suivant se permettre d’attaquer simultanément les trois histoires au milieu de la table. Pour peu que ces personnages aient des icônes d’investigation et c’est la prise d’une histoire en deux attaques !

La technique du flood n’intervient alors qu’en complément du jeu rush si la partie s’éternise. Le joueur tentera donc d’inonder l’adversaire de personnages qui auront, au total, plus d’icônes et de compétence que les personnages de l’adversaire. Et peu importe si certains personnages décèdent dans le processus, d’autres reviendront au tour d’après jusqu’à la victoire ou épuisement du deck.
L’adversaire se voit contraint d’accélérer la pose des défenses avant d’imaginer faire quoi que se soit d’autre. Une brèche dans le mur défensif est généralement synonyme de partie rapide et de défaite fulgurante. La pioche de deux cartes par tour favorise de nouveau l’utilisation de petits personnages peu coûteux que le floodeur n’aura aucun mal à poser.

Une autre forme de jeu flood implique de mettre en place un système qui accélère la pose des personnages par un moyen détourné comme la résurrection de masse de personnages précédemment défaussés ou la pioche importante suivie de pose de personnages à prix réduits. La principale différence avec le jeu rush est structurelle.
Ici, la priorité du joueur sera de poser son mécanisme en prémisse à quoi que se soit d’autre. Selon la rapidité de la mise en place du système, le jeu sera rapide ou lent. Métaphoriquement, si la victoire est de remplir d’eau un évier, alors le jeu flood/rush serait un robinet qu’on ouvre à fond pour remplir le dit évier, le jeu flood/combo serait plutôt un seau qu’on remplirait patiemment avant de le jeter dans le même évier d’un seul coup et le jeu flood/contrôle serait de mettre le bouchon à l’évier avant de le remplir.

2) D'un coup, par surprise

"Je suis en train de réfléchir sur un jeu combo à 6 cartes qui me permet de poser 3 à 4 grands anciens d’un coup !
Mais je fais rien pendant 5 tours…" Pensée d'hardcore gamer classique.

Exemple de Flood sur 4 pinpins adversesLe principe d’inondation est donc le même que vu précédemment mis à part que la qualité des personnages posés s’est normalement vue augmentée : résistance, invulnérabilité, multiplication des icônes, compétences élevées. Bref, ils sont gros, ils font mal, ils sont durs à tuer et ils apparaissent d’un coup.

Le floodeur ne pourra les poser qu’un à un de manière normale. Il s’arrangera donc pour trouver une astuce pour les poser pus vite et en même temps. Si avec le jeu rush, vous comprenez dès le départ ce qui vous arrive, avec ce deuxième type de flood, vous regarderez votre adversaire avec étonnement et scepticisme, voire amusement, jusqu’au moment où sa structure est placée et que le rouleau compresseur démarre. Votre début fulgurant se voit arrêté net par de lourds et indestructibles personnages que vous n’aviez pas vus arriver et même si vous aviez prévus des contre-mesures contre l’un ou l’autre gros personnage, elles se révèleront futiles face au nombre.

3) L’importance n’est pas le nombre de personnages sur table, mais la différence entre les siens et ceux de l’adversaire

Discutable sur le fond, je me lance malgré tout dans la description d’une troisième sorte de flood sans l’être. Le jeu Lock ou contrôle. Car, après tout, si l’adversaire ne joue que trois personnages mais vous empêche désespérément de pouvoir en poser un seul de votre côté, vous vous retrouverez malgré tout dans la même situation que les deux précédents cas.

Les techniques sont multiples et je n’entrerai que peu dans le détail mais si on vous empêche de piocher, qu’on vous vide votre main, qu’on vous remonte vos personnages en main du jeu ou qu’on vous en vole carrément le contrôle (généralement en Hastur, tout ça) vous êtes face à un jeu de type lock/contrôle.

Peu importe le moyen, si vous ne posez rien, vous serez inévitablement débordés par le premier cultiste ou investigateur venu ! Maintenant que le problème est connu, attelons-nous aux solutions.

4) Les solutions

Comment faire pour lutter contre l’inondation quand vous êtes armés d’un gobelet ? Des réponses existent mais je ne vous le cacherai pas, elles demandent souvent une certaine technicité et des nerfs d’acier.

    1 - La défense ultime

    Face à un jeu flood/rush, les personnages adverses auront la sale tendance à ne pas avoir de résistance. Des cartes comme le Ravager from the Deep (Ravageur des Abysses) ou le Guardian Elder Thing (Sentinelle des Choses Très anciennes) qui blessent tous les personnages sur l’histoire calmeront les pulsions de l’adversaire à mettre beaucoup de personnages sur une même histoire.

    Une carte puissante face aux jeux FloodUne carte puissante face aux jeux FloodJoués en surprise avec des évènements comme la Shocking Transformation (Abominable transformation) permet de nettoyer une partie de la table, défendre efficacement une histoire et mettre à mal la supériorité numérique de l’adversaire. Malheureusement, priez pour que votre adversaire soit aussi un débutant, car ces cartes sont l’ennemi numéro 1 du jeu Flood.

    Partez du principe qu’une personne manipulant un jeu flood aura probablement pensé à des contre-mesures adéquates comme Agoraphobia (Agoraphobie), un minimum de destruction de personnage comme Small Price to Pay (Un petit prix à payer) et Short Fuse (Dynamite à mèche courte) ou de l’empêchement d’engagement comme Behind Bars (Derrière les Barreaux) ou Stealthy Byakhee (Byakhee Furtif).

    De plus, ces personnages sont coûteux (4 à 5), vous devrez gonfler un de vos domaines rapidement aux dépends d’une défense plus numéraire et ils n’arriveront pas tout de suite. Favorisez donc les effets surprises pour les sortir plus rapidement, mais soyez toujours attentifs aux domaines libres adverses, un power drain bien placé pour vous contrer et c’est l’exécution assurée.

    Et s’ils ont de la résistance ? En jeu rush/flood, deux cas peuvent se présenter :

    a) splash syndicat et pose de Dutch Courage ou sa version française « j’ai besoin d’un verre » qui rajoute résistance 1 à tout le monde.
    A ce moment là, soyez persistant, n’hésitez pas à sacrifier votre Guardian Elder Thing et à le ressusciter (en Yog, avec Unspeakable Resurection (Indicible résurrection) par exemple) et pensez à intégrer des cartes qui détruisent les cartes de soutien (que vous garderez jalousement pour ce type de situation).

    b) Flood de goules de l'extension Dreamlands / Contrées du Rêve.
    Grosses compétences, des icônes sympathiques et souvent de la résistance. Insistez avec l’elder thing, lancez votre ravager, il deviendra fou mais il reviendra. Posez plus de ravagers (en cas de doutes prendre plus grosse masse encore). Blanchissez la boîte de texte avec des Called by Azathoth (Influencé par Azathoth) , Steve Clarney ou Richard Upton Pickman ou soyez malins et pensez toujours à intégrer une carte Jour dans la mesure du possible.

    Les goules vivent très mal les cartes Jour et sont soit détruites, soit dans l’incapacité d’attaquer ou de bloquer. Une autre faiblesse des goules est leur absence d'icônes investigation. Il leur faudra donc au minimum trois tours pour gagner une histoire. De quoi avoir le temps de les blesser encore et espérer les détruire.

    Ceci est un bon début, vous avez un ravager, l’adversaire continue d’accumuler ses personnages sur table mais n’attaque plus. Encore faut-il gagner. A vous de trouver une stratégie, mais quand la partie d’éternise, l’utilisation de grands anciens est généralement conseillée. Installez votre jeu et reprenez du terrain !

    2 - Le reset de table

    Les personnages s’agglutinent et vous êtes cerné ? Faites comme dans les films et appuyez sur le détonateur !

    Ne sortez pas toutes vos cartes, faites semblant de souffrir et nettoyez la table d’un grand coup de balais pour ensuite relancer votre jeu pendant que votre adversaire se verra réduit à parier sur la pioche incertaine de son deck. Peu de cartes existent et pas forcément dans les factions les plus jouées.

    La Living Mummy (Momie vivante) blesse tous les personnages lorsqu’elle va au cimetière. L’Unmarked Grave (Dans une Tombe anonyme) fait sacrifier tous les personnages non uniques. Récemment dans l’extension Secret of Arkham, deux nouveaux reset neutres ont fait leur apparition (Azathoth et Dimensional Rift (Faille Interdimensionnelle)). A vous de construire le deck adapté.

    Malheureusement, toujours le même problème, ces cartes sont coûteuses (4 à 6), difficiles à mettre en place (steadfast impressionnant pour l’Unmarked Grave, trouver un moyen de tuer soi-même son propre personnage pour Azathoth et la Living Mummy). A vous de tempérer les ardeurs de l’adversaire (ou d’engager une strip-teaseuse pour le déconcentrer).

    3 - Le Lock

    Le lock est un mécanisme de jeu qui normalement, doit empêcher l’adversaire de jouer. Ici, une solution simple serait de poser des personnages comme Richard Finchington III (pas de VF) pour freiner les personnages de type montres ou créatures, utiliser le Specimen Bags (pas de VF) et blesser les personnages adverses pour l’empêcher de rejouer des personnages portant le même nom, augmenter le coût des personnages peu coûteux avec un Tithe Collector (Percepteur de l’Impôt) ou repoussez même les conditions de victoire avec un Conspiracy Theorist (Théoricien du Complot) ou un Academic Obfuscation (Obscure Démonstration) !

    4 - Le match miroir

    Solution peu créative je dois l’admettre, mais parfois, le meilleur moyen contre un jeu flood est un jeu flood meilleur et plus rapide que l’adversaire. Mais n’attendez pas de la partie qu’elle soit palpitante.

    5 - Bien jouer

    Une dernière possibilité est de contrôler la partie en deux temps. N’oubliez jamais qu’à Cthulhu, quand un joueur attaque une histoire avec un nombre important de personnages, il ne pourra en redresser qu’un seul (au mieux, s’il gagne la lutte occulte) qui sera disponible pour défendre à votre tour. A vous d’être suffisamment menaçant pour le pousser à attaquer en masse. Lorsque se sera votre tour d’attaquer, les défenses seront faibles.

    Couplé à des icônes d’investigation, un rajout de luttes d’investigation avec l’Open for Inspection (Ouverture pour inspection) et vous pourriez lui souffler son histoire sous le nez. Ce dernier point est pour moi la plus grande faiblesse du flood/rush. Si le joueur attaque en masse, il est impératif pour lui de gagner le plus vite possible. Bloquez-le ne serait-ce qu’un peu et votre contre-attaque pourrait lui coûter la victoire. Une dernière chose sur l’attaque des histoires est le nombre d’histoires sur table. Peu importe qu’il y ait 5 ou 20 personnages sur table, il n’y a, d’habitude, que 3 histoires à attaquer et à défendre. Par histoire, vous pouvez perdre un personnage par la folie, un autre par une blessure. Si toutes les phases vous sont défavorables, à 3 histoires, vous obtenez 3 personnages fous et 3 morts sans résistance peu importe le nombre de personnages adverses. Si vous attendez quelque chose qui peut faire basculer la partie, n’hésitez pas à envoyer au casse-pipe vos propres personnages.

    Assistez au démarrage d’un flood lent : Une pauvre tongue fait les frais d’une invasion weenie/rushNous avons fait le tour du rush/flood, mais il nous reste encore à parler du flood/contrôle ou flood lent.

    Tuer une Living Mummy alors que l’adversaire a en jeu 3 Grands Anciens invulnérables et 2 personngaes avec résistance +5 ne vous procurera pas la bouffée d’oxygène escomptée. A vous de jouer un deck plus rapide (un jeu rush/flood à tout hasard !) ou pensez à accumuler les mécanismes de destruction en boucle.

    Des cartes comme A Single Glimpse (Un simple coup d'oeil) pour lui faire sacrifier ses invulnérables, ou une combinaison d’un blanchiment de texte et du dégât direct comme pickman et un shotgun blast deviennent vos seules options. Rendez les fous si vous pouvez. Ces techniques réclament de la patience et un minutage serré. Et n’abandonnez pas, on ne sait jamais comment la partie peut tourner. Secrets of Arkham vous a récemment donné une alternative chez Azathoth et Dimensional Rift. Ce dernier a deux coûts et sera malheureusement très vulnérables entre le moment où vous le poserez et le moment ou vous le déclencherez. A vous de juger du bon moment.

    En ce qui concerne l’autre carte, soyez heureux d’apprendre qu’avec Azathoth, vous avez le choix entre perdre à cause de l’adversaire ou le jouer et perdre de manière autonome. A moins de trouver une solution pour éviter les désagréments du bestiaux… Inutile de préciser que cette carte est un dernier recours.

    Portaits-robots de deux anti-flood, merci de nous contacter si vous les voyez en jeu. Récompense envisagéePortaits-robots de deux anti-flood, merci de nous contacter si vous les voyez en jeu. Récompense envisagéeMalheureusement, chaque possibilité ralentit, bloque ou contrôle l’attaque adverse mais aucune ne vous garantit de gagner pour autant. Se sont des stratégies qui ne se suffisent pas à elles-mêmes. Pensez toujours à avoir un plan de défense et un plan d’attaque pour chaque deck que vous créez. Quand le flood arrive, armez-vous de patience et de courage car vous allez devoir être attentif à chaque tentacule ou combat qui ira prendre une histoire, qu’ils soient visibles ou non comme dans le cas d’alaskan sledge dogs.

    La quantité importante d’informations vous épuisera vous et l’adversaire alors sautez sur les erreurs adverses. CthulhuLCG, c’est parfois aussi et surtout un jeu d’endurance.

    Chaque solution proposée dans cet article est limitée. Votre meilleure arme à Cthulhu LCG reste votre perception de l’adversaire et votre capacité à prédire ce qu’il va faire.

     

"Grurck lui dire conseils mauvais !
Meilleure arme être Hache."